Ce séminaire, je le préparais pendant 8 ans. Depuis 2011, mes débuts dans la médiation animale, des différentes rencontres et formations que j’ai faites dans le milieu animalier, m’ont confirmé l’hypothèse que le chien, l’animal le plus utilisé dans ce domaine aujourd’hui, mérite mieux qu’on lui offre sur le terrain. Il ne s’agit pas uniquement de respect de l’animal, le terme qui est devenu un peu fourre-tout, un peu passe-partout, placé dans des contrats, des chartes et des publicités. Quel est le sens de la thérapie « par » animal telle quelle existe aujourd’hui…? Pourquoi le chien doit se laisser caresser, brosser, embrasser, donner la patte à des inconnus ? Même s’il se montre amical, avenant et complètement « friendly » envers des personnes peu ou inconnues, ne s’agit-il pas plutôt ici de ses stratégies de coping (to cope = faire face) qu’il élabore pour supporter le stress de non-respect systématique de ses distances « de sécurité »… ? Qu’est-ce le chien contrôle réellement lors de ces interactions ?

Aujourd’hui, nous avons à notre disposition une ressource inédite de connaissances nouvelles qui pourront améliorer notre pratique de médiation par animal : Yéti, un loup arctique élevé par l’humain, qui vit au parc animalier avec sa famille (Amande et 4 enfants). Nous ne pouvons communiquer avec lui qu’en respect total de ses besoins, et là, le mot respect se remplit de sens : d’abord, se sont des distances définies par lui et pas par les humains. Il vient et s’en va, il gère le contact, son intensité, son sens. Il est libre de partir à l’autre bout de l’enclos, et on l’accepte. Il est libre de venir tout près de nous, et on l’accueille. Nous suivons son rythme, et il est à l’aise avec nous, ça se voit sur l’expression de son visage. Oui, il est très expressif. Si un jour, vous rencontrez un loup, croyez-moi, vous allez savoir immédiatement quelles sont ses intentions à votre égard, il n’a pas besoin d’émettre un son comme un chien. Pourquoi ça se passe si bien ? Parce que nous avons tous un sentiment de contrôle, l’animal compris. Et le respect qu’on peut mesurer physiquement.

La médiation n’existe que dans des contextes où il y a de la souffrance. La rencontre devient thérapeutique si elle est vécue comme sécurisée et sécurisante. C’est une règle de base de la psychothérapie. La sécurité dans la société passe d’abord par le respect des distances et le sentiment de contrôle. Et pas autrement.

Je remercie de tout mon cœur toutes les participantes de cette journée, riche en émotions, en expériences et en connaissances. Je me permets de mettre ici leur feedback :

  • « Le loup et tout ce que cela implique : l’altérité, le respect, la reconnaissance, l’humilité, l’admiration….Merci pour cette journée qui me permettra d’élaborer un projet bienveillant pour tout un chacun, d’être vigilante au « Bien-Être » des divers protagonistes et de m’épanouir en prenant le temps de mettre du sens dans les idées, les choix, les mots, les actions… « . (Lola)

 

  • « Le loup et tout ce que cela implique : l’altérité, le respect, la reconnaissance, l’humilité, l’admiration….Merci pour cette journée qui me permettra d’élaborer un projet bienveillant pour tout un chacun, d’être vigilante au « Bien-Être » des divers protagonistes et de m’épanouir en prenant le temps de mettre du sens dans les idées, les choix, les mots, les actions… « . (Lola)« Je n’ai pas besoin de répéter (ou peut-être que si 🤭), que cela a été une journée pleines d’émotions, de remise en question sur notre place dans les séances et sur notre rôle, mais et SURTOUT, la place et le rôle de nos fidèles compagnons à 4 pattes : Les Chiens. Nous avons besoin tous autant que nous sommes, de nous poser les bonnes questions.  Ce séminaire n’a fait que confirmer ma politique et ma posture professionnelle envers mes bénéficiaires certes, mais surtout envers mes animaux, tous autant qu’ils sont. Il a également confirmé le pour quoi je me bats, le bien-fondé de mon projet et cela dans son ensemble ! Dans sa finalité ! Et puis aussi pour fusionner chacun des principaux piliers, les points les plus importants qui me semble indispensable pour pratiquer dans la symbiose, l’harmonie, la bienveillance, le bien-être de tous (humains et animaux) et dans sa faisabilité. Bref, comme vous l’aurez compris, ce fût passionnant, réflexif et grandissant ! L’approche avec le loup est d’une importance capital et une expérience hors du commun…. Le séminaire a permis également de rencontrer de merveilleuses personnes qui comprennent mais également sont sur la même longueur d’onde, donc forcément l’entente ne peut qu’être optimal ! Merci à eux, merci à l’équipe, merci de l’accueil (à tous) et merci d’avoir contribué à cette superbe journée, peu ensoleillé en extérieur mais gravement fort en intérieur 🌞Je souhaite à tous les intervenants, les zoothérapeutes de pouvoir prendre le temps de vivre cette expérience et de pouvoir prendre le recule que la profession a tant besoin pour perdurer dans les meilleures conditions.Et j’allais oublier, ce séminaire vous boost puissant infini pour évoluer dans les projets 🤛🏻 ! Il donne la force, l’esprit critique et une motivation (de cheval). Ouvrez votre cœur ❤ … Ce programme est indescriptible, il faut le vivre. » (Manon)
  • « Une journée de remise en question et d’émerveillement face au loup. Cet animal majestueux qui mêle crainte et curiosité. Une présence qui amène respect, prise de conscience, écoute et observation fine. Créer quelque chose avec le loup pour coopérer différemment avec le chien médiateur. Une journée riche en rencontres et en échanges, avec des personnes animées par des valeurs communes qui mettent en avant le bien-être animal et la prise en compte des participants au sommet de leur préoccupation. Je repars de ce séminaire, la tête pleine de projets et d’envies. Merci au Parc Argonne Découverte, à @wolf project et à @Irina Andryushchenko-Basquin. Et merci à Yéti et à sa meute de nous avoir laissé entrer sur leur territoire 🐺 » (Lara)
  • « Une expérience unique et tellement riche… Une vraie rencontre, qui ne peut qu’amener à une réflexion en profondeur sur la place de l’animal dans le monde qu’on lui propose parfois, impose trop souvent… Et notre place dans le sien. Un équilibre, fragile mais à portée de main si on sait écouter son compagnon, essentiel et indispensable à un échange franc et véritable entre l’humain et l’animal. La médiation animale ne peut se faire que dans le respect de tous ceux qui y participent. Merci à toi, Irina, à Anne, à toutes les participantes, et bien sûr à Yéti et sa meute. Une rencontre ancrée dans le cœur et dans la tête ! » (Lucie)

Prochain séminaire : le 26 septembre 2020 ! Le nombre de places limité à 6. Demandez le programme : irina@wolfproject.fr.